Avril 2020

L’époque actuelle est morose, changeante, exigeante ; peut-être est-ce aussi le début d’ indispensables transformations. Nous transcrivons ici le beau message de la Librairie Stendhal, la librairie française à Rome.

Nous vous invitons aussi à aller sur les sites Alliance Française et Réservoir des livres numériques libres, de l’Académie de Toulouse.

Suite au discours du Président du Conseil Giuseppe Conte annonçant la réouverture des librairies le mardi 14 avril, et après concertations avec l’équipe, nous avons décidé, étant donné la situation sanitaire dans laquelle le pays est encore plongé, de ne pas rouvrir au public pour la sécurité de tous. Cette décision n’a pas été prise de gaieté de cœur. La situation économique de la librairie est et reste dramatique (-80 % de chiffre d’affaire en mars, avril s’approchera de zéro, charges fixes élevées et non reportables, pas de trésorerie et aides financières encore non arrivées qui ne couvriront dans le meilleur des cas que 10 jours de fermeture). Nous aimons notre métier et nous avons hâte de remettre en activité la librairie, mais refusons de le faire dans de telles conditions.

Rappelons en effet que :

 1/ le décret du 14 avril ne prévoit aucun protocole de deconfinement ni l’adoption de dispositifs clairs de sécurité sanitaire (désinfection du lieu, distances de sécurité dans des rayons étroits, déplacement de l’équipe et des clients qui habitent loin).

2/ nous ne sommes pas en mesure de commander de livres, les fournisseurs et transporteurs étant encore fermés en France.

3/ la librairie ne peut pas se permettre de payer les salaires de trois libraires, outre les charges fixes non reportables, pour une activité minimum, ainsi que de perdre l’allègement de loyer proposé par l’État, caduc en cas de réouverture.

Réinventer le lieu, basé sur le contact et l’échange ne sera pas facile. Le métier de libraire ne consiste pas à remettre ou expédier des livres mais est basé sur le contact et le dialogue, difficiles à pratiquer à un mètre de distance derrière un masque et des gants. Nous sommes heureux que le gouvernement italien ait subitement pris conscience de l’importance des librairies, mais cette soudaine décision révèle d’une profonde méconnaissance du fonctionnement et de l’économie des lieux.

Comme vous le savez, le statut économique des librairies indépendantes – considéré comme un commerce non rentable – et celui encore plus particulier des librairies à l’étranger, dont nous faisons partie, est déjà en temps normal précaire et fragile.

Sans soutiens structurels des institutions italiennes et françaises, des distributeurs mais aussi et surtout de toute la communauté des lecteurs, il sera difficile de s’en relever.

Nous travaillons à des alternatives qui permettront à la librairie de survivre et à vous, nos lecteurs de rester en contact avec nous en attendant de pouvoir se retrouver dans de meilleures conditions.

Dans l’attente de la vraie réouverture, j’assurerai une permanence téléphonique le vendredi de 10h à 18h, pour avoir de vos nouvelles, échanger, répondre sur la disponibilité des livres en magasin en vous les mettant de côté pour la réouverture, vous en conseiller d’autres, préparer vos futures commandes. Mais la librairie restera fermée au public.

En attendant, prenez soin de vous. Lisez vos anciennes piles de livres, lisez les livres numériques mis à disposition par de nombreux éditeurs que nous continuerons de relayer sur les réseaux sociaux. Élaborons de nouveaux modes de vivre et lire ensemble. Et de nous retrouver.

Nous vous remercions pour les nombreux messages de soutien que nous avons reçu et qui nous aident à avancer et trouver des solutions .

Nous vous présenterons très vite des façons de nous soutenir dans la relance économique de la libraire, c’est en préparation !

A très bientôt, Marie-Ève

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *